Promeses sense complir: resposta de la UE a la degradació política i social en la RDC. Imprimeix
dilluns, 28 de novembre de 2016 15:43

EURAC informa que ara  el grup S&D del Parlament Europeu proposa  adoptar sancions individuals contra  persones properes al President Kabila, però  el comunicat del  17 d’octubre 2016  de la UE expressava: “La UE utilitzarà totes les eines a la seva disposició, incloent mesures individuals restrictives contra els responsables de violacions greus de drets humans... (http://www.consilium.europa.eu/en/press/press-releases/2016/10/17-fac-drc-conclusions/ ). Un mes després, encara no s’han adoptat sancions, mentre que  els Estats Units estan treballant en  la tercera “ronda” de mesures per tal d’incrementar la pressió.  Durant el mes de setembre, varen morir més de 50 persones  que participaven en manifestacions a Kinshasa,  al Nord-KIvu la violència i els assassinats continuen i Lambert Mende  ha ordenat la prohibició del dret a manifestar –se  i la aplicació de  fortes restriccions als mitjans de comunicació. https://twitter.com/Habibou_Bangre/status/797522993295540225.

 Veure comunicat:DRC/EU - Parlement européen : Le groupe S&D va proposer une résolution sur les sanctions individuelles en RDC.

 « Le Groupe parlementaire S&D (le groupe des Socialistes et Démocrates au Parlement européen) a rencontré mercredi 23 novembre 2016 la Haute Représentante Federica Mogherini. Les discussions ont tourné autour du rapport de la mission des députés européens dans l’Est de la RDC effectuée en septembre.

 « Face à une situation politique et humanitaire qui se dégrade de jour en jour en RDC, nous avons informé la Haute Représentante que le groupe des Socialistes et Démocrates proposera la semaine prochaine une résolution du Parlement européen appelant le Conseil à adopter des sanctions individuelles à l’encontre de personnes proches du Président congolais. À cet égard, nous sommes ravis que la question soit mise à l’ordre du jour du Conseil des Affaires Étrangères du 12 Décembre, avant la date symbolique du 19 décembre au terme de laquelle le Président Kabila doit quitter le pouvoir, ont déclaré le leader du Groupe S&D, Gianni Pittella, et la présidente de la sous-commission des droits de l’homme, Elena Valenciano.

 Ce groupe parlementaire a particulièrement axé ses interventions sur la situation sécuritaire, humanitaire et politique en RDC. L’eurodéputée d’origine congolaise Cécile Kyenge est membre de ce groupe parlementaire. »

  HIGHLIGHT - RDC – Soraya Aziz (Lucha) : « La date du départ de Kabila est non négociable », Jeune Afrique, 23 novembre

 RDC : « Si Kabila ne quitte pas le pouvoir le 19 décembre prochain... », prévient Carbone Beni, La Tribune Afrique, 23 novembre

Darrera actualització de dilluns, 28 de novembre de 2016 15:55